Conférences Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques, l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale et l’Institut Français de la Mer

Nous poursuivaons notre cycle de conférence inscrites cadre des conférences tripartites qui associent la Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques, l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale et l’Institut Français de la Mer par une conférence commune organisée par le comité Toulon Provence de l’IFM.

Elle se déroulera dans l’amphithéâtre de la Maison des Technologies, Place Georges Pompidou à Toulon,
Le mercredi 1er Février à 18H30

carton-conf-rence-1-f-vrier-2012

Le conférencier est monsieur Nardo Vicente, Directeur scientifique de l’Institut Océanographique Paul Ricard, chroniqueur de radio et spécialiste internationalement reconnu de la gestion du littoral.

La conférence associera la présentation d’un film de Christian Pétron, cinéaste sous-marin bien connu, sur un exemple concret de gestion intégrée de notre littoral.

abstract:

POUR QUE VIVE LA MEDITERRANEE: UNE RADE RESSUSCITEE
(Un exemple de Gestion intégrée du littoral provençal)

par Nardo VICENTE

La rade de Marseille est l’une des plus belles au monde. Et pourtant, cet espace remarquable, entre Couronne et La Ciotat a subi l’impact des activités humaines pendant de nombreuses décennies.

Rejet d’eaux usées, accumulation de déchets, constructions aberrantes, pillage des ressources vivantes… Autant d’agressions dénoncées dès les années 60 par des scientifiques et les usagers de la mer.

Puis, avec la prise de conscience environnementale, une volonté politique s’est affirmée pour restaurer, valoriser et protéger un milieu exceptionnel. Aujourd’hui, le Plan de gestion de la rade de Marseille engage la grande métropole provençale dans la voie du développement durable.
1980 marque le début de la réhabilitation de la rade de Marseille.

Depuis 2006, la réhabilitation de la rade de Marseille s’inscrit dans un Plan global de gestion. L’objectif est de maintenir ou d’améliorer la qualité des eaux marines et des sédiments. C’est aussi de garantir un développement durable des activités liées à la mer telles que la pêche, l’aquaculture, le nautisme et la plongée sous-marine. Pour soutenir la pêche locale, la ville de Marseille a lancé en 2008 un programme de valorisation du milieu marin. C’est la plus grande réalisation dans le domaine en Europe :35 000 m3 de récifs artificiels ont été immergés dans la rade Sud.

L’aquaculture est un autre axe de valorisation de la mer tout en apportant un complément à la pêche. Marseille possède une ferme marine de qualité à l’île du Frioul.
La création de réserves de pêche et d’aires marines protégées contribue à la valorisation du milieu marin. L’exemple en est donné par la création du Parc marin de la Côte Bleue, en 1982, à proximité de Carry-le-Rouet : un espace de 85 hectares très contesté à l’origine.

Le projet de Parc national des calanques qui englobe les îles de l’archipel de Riou, associée à l’amélioration du traitement des rejets de la ville, laisse augurer d’une meilleure gestion de ce haut lieu classé du littoral marseillais et cassidain.

Il permettra notamment le développement d’un écotourisme respectueux de l’environnement

Les commentaires sont fermés.