Une application concrète du protocole ministériel –

Visite de monsieur le recteur de l’académie de Nice au Pôle école Méditerranée à Saint-Mandrier

http://www2.ac-nice.fr/cid142186/richard-laganier-en-visite-au-pole-ecoles-mediterranee-de-saint-mandrier.html

Dans le cadre des relations étroites tissées entre l’Éducation nationale et les armées au sein du Trinôme académique, Richard Laganier, nouveau recteur de l’académie de Nice s’est rendu lundi 20 mai 2019 au Pôle école Méditerranée (PEM) à Saint-Mandrier où sont formés plus de la moitié des marins de la Marine nationale. Cette visite a été l’occasion de signer une convention entre le PEM et l’académie de Nice permettant aux enseignants du PEM, détachés de l’Éducation nationale auprès du ministère des armées, de bénéficier, dans le cadre de leur formation continue, du plan académique de formation.

Avant de traverser la rade à bord d’une vedette de la Marine nationale pour se rendre au PEM à St Mandrier, monsieur le recteur de l’académie de Nice a été accueilli à la préfecture maritime de Toulon par Patrick Perrier, proviseur du PEM, MM. Milangue et Leclerc, respectivement IA-DASEN et IA-DAASEN du Var chargé de mission Défense et Citoyenneté, le colonel Erick Landes, délégué militaire départemental du Var et le capitaine de frégate Yann Bizien, délégué au rayonnement et à l’image de la Marine en Méditerranée.

En guise de bienvenue au PEM, le bagad de Saint-Mandrier a donné une brève aubade, très appréciée des visiteurs. Puis le capitaine de vaisseau Lenormand, commandant le PEM, le capitaine de vaisseau Pitrat, directeur des études et M. Perrier, proviseur du PEM ont présenté les différentes écoles et spécialités rassemblées sur ce site qui est le centre de formation le plus important de la Marine nationale. Une pédagogie innovante y est pratiquée pour favoriser la réussite de tous ; elle est adaptée aux compétences déjà maîtrisées par les élèves à leur arrivée en formation et individualisée grâce notamment à la numérisation des cours dispensés.

Fruits d’un partenariat entre l’Éducation nationale et la Marine nationale, le recteur e Nice s’est particulièrement vu présenter différentes formations s’adressent aussi aux élèves relevant de l’enseignement secondaire :

la mention complémentaire « Mécatronique navale ». Elle se prépare en un an, a retenu tout particulièrement l’attention de M. le Recteur. Elle offre aux élèves une formation dans les domaines de la mécanique, l’électricité et des réseaux d’automates et permet d’acquérir des compétences prisées sur les bâtiments de nouvelle génération fortement automatisés qui sont servis par des équipages polyvalents, donc réduits. Deux lycées partenaires dans le Var participent activement à la formation de ces élèves : les lycées Georges Cisson de Toulon et Paul Langevin de La-Seyne-sur-Mer. Après leur scolarité et sous réserve d’avoir réussi cette année de formation, les élèves se voient proposer un premier contrat dans la Marine nationale avec pour certains, un accès direct à l’école de Maistrance et surtout, pour chacun d’entre eux, un parcours professionnel valorisé.

Les BTS parcours Marine nationale/Maistrance. En partenariat avec le lycée Rouvière (Toulon), les élèves retenus dans les cinq spécialités de STS du lycée, bénéficient d’un complément de formation en propulsion sous-marine et énergie nucléaire proposé par le PEM et l’école de navigation sous-marine et bâtiments à propulsion nucléaires durant leurs deux années de formation. A l’issue, les élèves ont la possibilité de rejoindre la Marine par l’école de Maistrance pour une première insertion professionnelle, là encore, avec la possibilité de bénéficier d’un parcours professionnel valorisé.

Aujourd’hui, et pour compléter ces spécialisations et satisfaire aux exigences de qualifications toujours plus élevées, le MENJ a validé le principe de création d’une nouvelle spécialité de BTS (Mécatronique navale) qui pourrait s’installer dans la carte des formations de l’académie de Nice au mieux à l’horizon de la rentrée scolaire 2020.

En fin de matinée, M. le recteur et le capitaine de vaisseau Lenormand ont signé une convention qui permettra à tous les enseignants de l’Éducation nationale détachés au PEM de pouvoir bénéficier de l’offre de formation continue inscrite dans le plan académique de formation.

Inscrites dans le partenariat entre l’Education nationale et la Marine, la mention complémentaire « Mécatronique navale » et les BTS parcours Marine nationale/Maistrance ont pour but de former les futurs techniciens navals en proposant aux élèves une formation innovante dans les domaines de la mécanique, l’électronique, l’automatique et l’informatique ou les techniques liées aux sous-marins.

Au sein des unités de la Marine nationale, le technicien naval intervient dans la conduite, l’entretien et la réparation des équipements et installations. Il a vocation à embarquer sur des bâtiments de nouvelle génération : Bâtiment de projection et de commandement (BPC), Frégates multi-missions (FREMM), les bâtiments de surveillance maritime, les sous-marins type Suffren, mais également sur le porte-avions Charles de Gaulle. Il peut aussi intervenir au sein des services de soutien logistique à terre. Après leur scolarité et sous réserve d’avoir réussi cette année de formation, les élèves se voient proposer un premier contrat dans la Marine nationale en tant que « Maistrancier » ou « Quartier-maître de la flotte ».

Dans la lignée des protocoles liant, depuis 1982, les ministères chargés de la Défense et de l’Education nationale, ce nouveau protocole de mai 2016 associe le ministère de l’Agriculture, permettant la prise en compte des 190 000 élèves et étudiants de l’enseignement agricole, qui constituent la deuxième communauté éducative de notre pays.

Ce texte intègre également les engagements ministériels inscrits dans le plan national d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, ainsi que les 11 mesures du plan de grande mobilisation de l’école et de ses partenaires pour les valeurs de la République, notamment la réserve citoyenne de l’éducation nationale, à laquelle la réserve citoyenne de la défense apporte son concours.

Le texte identifie ainsi cinq « axes d’effort » prioritaires :

– renforcer l’enseignement de défense et la formation des enseignants ;

– développer les relations entre la défense et l’enseignement supérieur ;

– participer à la lutte contre le décrochage scolaire et contribuer à la détection des jeunes en difficulté de lecture ;

– favoriser le lien défense-jeunesse, l’égalité des chances et l’insertion professionnelle des jeunes ;

– promouvoir les dispositifs de valorisation des acquis de l’expérience et favoriser la reconversion des militaires.

L’action conjuguée et inédite de ces trois ministères contribue à renforcer le lien entre la jeunesse et la défense, dans un contexte national marqué par la nécessité d’accroître la cohésion républicaine et citoyenne.

Les commentaires sont fermés.